Partenaires

CNRS


Rechercher


Accueil > Actualités > Archives > 2009

La plateforme de spectroscopie optique du CBM se renforce

publié le , mis à jour le

Un nouveau spectrofluorimètre a été installé le 19 mai dernier pour l’équipe "Composés de lanthanides luminescents pour applications bioanalytiques et imagerie", sur la plateforme de spectroscopie optique.
Il s’agit d’un Fluorolog3 de chez Jobin-Yvon Horiba, système modulable, le plus sensible du marché. Sa gamme de longueurs d’onde d’excitation couvre le domaine de 240 à 1000 nm.
Notre système a la particularité de posséder deux systèmes de détection, avec deux monochromateurs d’émission et deux photomultiplicateurs séparés, l’un étant destiné aux études de fluorescence dans le visible (double monochromateur, réseau 1200 traits/mm, gamme 330-850 nm), l’autre étant plus spécifiquement dédié aux recherches sur les lanthanides émettant dans l’infrarouge (simple monochromateur, réseau 600 traits/mm, gamme 800-1600 nm).
Il est également équipé d’un système de mesure de la phosphorescence (visible), via une lampe pulsée et une électronique de détection adaptée, permettant l’analyse de déclins de fluorescence aussi courts que 30 us et l’acquisition de spectres en temps retardé, particulièrement utiles pour discriminer la luminescence des lanthanides de la fluorescence des composés organiques.
Ce système est versatile, car il permet l’analyse de d’échantillons en solution, mais aussi d’échantillons solides (ou très concentrés, très diffusants, …) en mode "front face". Le portoir à échantillon est thermostatable par un bain-marie. Un accessoire de cryostat permet l’analyse d’échantillons à 77K.

Un spectrofluorimètre est cofinancé par l’Union européenne. L’Europe s’engage en Région Centre avec le Fond européen de développement régional.