Partenaires

CNRS


Rechercher


Accueil > Actualités > Archives > 2012

29.02.2012 - Lucie Jaquillard, doctorante de l’équipe " Spectrométrie de masse : structure et interactions des biomolécules " soutiendra sa thèse intitulée " Spectrométrie de masse supramoléculaire : Caractérisation de l’interaction non-covalente entre PEBP1/RKIP humaine et des analogues de nucléotides " le mardi 20 mars 2012 à 14h15

par Frapart - publié le

Lucie Jaquillard

Discipline : Chimie analytique

Soutiendra sa thèse intitulée " Spectrométrie de masse supramoléculaire : Caractérisation de l’interaction non-covalente entre PEBP1/RKIP humaine et des analogues de nucléotides "

Le mardi 20 mars 2012 à 14h15 - Amphithéâtre Charles Sadron, CNRS, Orléans

Membres du jury

  • Dr. Martine CADENE Chargée de Recherche CNRS, CBM, Orléans – Directeur de thèse
  • Pr. Guillaume VAN DER REST Professeur, Université Paris Sud 11
  • Pr. Olivier LAPREVOTE Professeur PU-PH, Université Paris 5
  • Pr. Luigi AGROFOGLIO Professeur, ICOA, Université d’Orléans
  • Dr. Françoise SCHOENTGEN Directeur de Recherche, Université Paris 6
  • Pr. Pascale REVERDIAU Professeur, INSERM U1100, Université de Tours

Résumé

L’étude des interactions non-covalentes et des relations structure-fonction est à la base de la compréhension des
systèmes biologiques. La MS supramoléculaire est une technique de choix pour l’étude des interactions
protéine/protéine ou protéine/ligand. Dans le cadre d’études qualitatives ou quantitatives, pour chaque système étudié,
les conditions expérimentales et les paramètres instrumentaux ont été optimisés pour conserver le complexe en phase
gazeuse (1).
L’objectif principal de ce travail est de caractériser le site nucléotidique de hPEBP1 et de contribuer à la découverte de
molécules anti-métastases. Sur le plan fonctionnel, une activité enzymatique de hPEBP1 n’a pas pu être mise en
évidence. Pour ce projet, une méthode MS de détermination de KD de complexes à faible affinité, plus précise et ne
nécessitant par l’utilisation d’un ligand de référence a été développée (2). Une recherche des déterminants structuraux
d’un ligand optimal de hPEBP1 a été réalisée par criblage de composés issus d’une synthèse raisonnée basée sur la
structure des nucléotides FMN et GTP et par la détermination de leur KD (3). Les criblages ont montré que les critères
structuraux indispensables pour la liaison sont la présence d’un groupement chargé ou donneur d’électrons, d’une
structure apparentée à une base azotée et d’un cycle additionnel. Une part importante de l’affinité est liée au caractère
hydrophobe du ligand. Certains ligands de synthèse ont montré une activité inhibitrice de l’invasion des lignées
tumorales.
(1) Epinette et al. Biochem. Pharm. 2011. (2) Jaquillard et al. J. Am. Soc. Mass. Spectrom. 2012. (3) Tavel, Jaquillard et
al. en révision.