Partenaires

CNRS


Rechercher


Accueil > Actualités

Des chercheurs du CBM ont mis au point des cellules-outils novatrices pour rechercher à haut débit de nouvelles molécules antibactériennes plus efficaces et plus spécifiques

par Frapart - publié le

L’accroissement rapide de la résistance des bactéries pathogènes à un large panel d’antibiotiques utilisés en médecine humaine et vétérinaire ainsi que l’émergence chez certaines communautés et dans les hôpitaux de souches bactériennes très virulentes constituent des problèmes majeurs de santé publique. Un des moyens de répondre à ce défi réside dans la recherche de nouveaux composés inoffensifs pour les cellules eucaryotes et qui inhibent l’activité de cibles moléculaires bactériennes bien connues et pertinentes. Cependant, ceci nécessite la conception de méthodologies et d’outils originaux pour cribler, à haut débit et à faible coût, de grandes chimiothèques à la recherche de composés actifs contre la cible bactérienne. Des chercheurs du CBM ont récemment développé des levures et des cellules humaines recombinantes comme outils simples et innovants qui peuvent être utilisés dans des cribles haut-débit pour rechercher des composés qui inhibent l’activité du facteur de terminaison de transcription Rho qui est essentiel à la survie des bactéries. Avec cette méthodologie, tout composé qui inhibe l’activité de Rho est révélé par une stimulation de la croissance des cellules-outils sur des plaques multipuits.

Recombinant yeast and human cells as screening tools to search for antibacterial agents targeting the transcription termination factor Rho.
Moreau K, Surand J, Le Dantec A, Mosrin-Huaman C, Legrand A, Rahmouni AR.
J Antibiot (Tokyo). 2018 Jan 25. doi : 10.1038/s41429-017-0007-x. [Epub ahead of print]