Partenaires

CNRS


Rechercher


Accueil > Publications > Recherche par années > Années 2010 > 2010

Motawaj M., Burban A., Davenas E., Gbahou F., Faucard R., Morisset S. and Arrang J.M.

Le système histaminergique : une cible pour de nouveaux traitements des déficits cognitifs - The Histaminergic System : a Target for Innovative Treatments of Cognitive Deficits

Thérapie 65 (5) 415-522 - doi : 10.2515/therapie/2010058

par Frapart - publié le , mis à jour le

Abstract :

L’histamine exerce ses effets centraux en activant des récepteurs H1,H2 et H3. Le récepteur H3 inhibe la libération de l’histamine cérébrale. Ainsi, les agonistes inverses H3, en levant ce frein, augmentent l’activité des neurones à histamine. Le système histaminergique est un système majeur de la cognition et les agonistes inverses H3 sont pressentis comme thérapeutique potentielle des déficits cognitifs de la maladie d’Alzheimer (AD). Ils sont d’autant plus attendus que d’autres traitements de la maladie, tels que la tacrine ou la mémantine, augmentent aussi, mais par d’autres mécanismes, la neurotransmission histaminergique. Il existe une perte importante de neurones histaminergiques dans l’AD, mais la mesure des taux du métabolite de l’histamine dans le LCR de patients atteints d’AD montre que leur activité globale n’est diminuée que de 25 %. Ces données montrent qu’il devrait bien être possible d’activer les neurones histaminergiques dans l’AD.

The central effects of histamine are mediated by H1, H2 and H3 receptors. The H3 receptor inhibits histamine release in brain. Therefore, H3 receptor inverse agonists, by suppressing this brake, enhance histamine neuron activity. The histaminergic system plays a major role in cognition and H3 receptor inverse agonists are expected to be a potential therapeutics for cognitive deficits of Alzheimer’s disease (AD). They are eagerly awaited inasmuch as other treatments of the disease, such as tacrine or memantine, also enhance, through different mechanisms, histaminergic neurotransmission. An important loss of histaminergic neurons has been observed in AD. In contrast, levels of the histamine metabolite in the CSF of AD patients show that their global activity is decreased by only 25%. This indicates that activating histamine neurons in AD can be envisaged.