De la matière organique extraterrestre tombée sur Terre il y a 3,3 milliards d’années

Les météorites en apportent régulièrement, mais elle n’a laissé aucune trace ancienne. Elle a été repérée et analysée par des chercheurs du CNRS, de Chimie ParisTech, des universités de Tours et de Lille. Leur publication, dans la revue Geochimica et Cosmochimica Acta, offre un premier modèle pour distinguer ces molécules venues d’ailleurs de celles produites sur Terre.

Références de l'article : D. Gourier et al.
Extraterrestrial organic matter preserved in 3.33 Ga sediments from Barberton, South Africa.
Geochimica et Cosmochimica Acta - Mai 2019 - DOI: 10.1016/j.gca.2019.05.009

Voir l'article

Voir le communiqué du CNRS

 

Colloque de l’ADOC – 5 juillet 2019 – CNRS Orléans

L’association des doctorants du Centre de Biophysique Moléculaire (ADOC) organise le vendredi 5 juillet 2019 son 17e colloque scientifique dont le thème est « Science Together ».

Ce colloque aura lieu dans l’amphithéâtre Charles Sadron du CNRS.

Consulter le site de l’événement

Affiche

Programme

Inscriptions

Les doctorants et les post-doctorants sont invités à présenter leurs travaux au cours d’une session posters. Pour se faire envoyer un abstract avant le 25 juin 2019, préférentiellement en anglais (français toléré), ainsi que le titre et les noms des auteurs à l’adresse suivante : cbmadoc@cnrs-orleans.fr .

8 projets de recherche financés par La Ligue contre le cancer.

Jeudi 7 mars 2019 le Dr Patrick Michenet, président de La Ligue contre le cancer du Loiret, a remis un chèque de 150.000 € à des chercheurs orléanais pour le financement de 7 projets de recherche du CBM et un projet de l’ICOA. Ces projets ont pour but de découvrir de nouvelles cibles thérapeutiques, de nouvelles stratégies de traitement et approches d’immunothérapie et de nouvelles sondes d’imagerie médicale. L’utilisation des petits acides nucléiques, de type ADN et ARN ciblant des molécules dans les cellules cancéreuses, montrent un fort potentiel thérapeutique pour développer de nouveaux traitements. D’autres travaux ont pour but d’augmenter le passage des médicaments anticancéreux dans le cerveau en utilisant des ultrasons et des microbulles de gaz. Des sondes, à base d’éléments métalliques, sont conçues et exploitées pour détecter précocement des cancers du sein et de l’appareil génital par imagerie optique proche-infrarouge. La découverte de nouvelles cibles thérapeutiques, qui conduiront à de nouveaux traitements, passe par la compréhension des mécanismes moléculaires impliqués dans les processus biologiques et leur régulation à l’origine de cancers, notamment du côlon. Pour y parvenir, les chercheurs travaillent sur des molécules impliquées dans l’architecture, la dynamique, la division et la migration des cellules cancéreuses ainsi que sur les mécanismes de réparation de l'ADN et la caractérisation de complexe ARN-protéine. Dans le cas de tumeurs osseuses primitives et du cancer du sein, des molécules anti-métastatiques, inhibiteurs de canaux ioniques sont synthétisées chimiquement.