8 projets de recherche financés par La Ligue contre le cancer.

Jeudi 7 mars 2019 le Dr Patrick Michenet, président de La Ligue contre le cancer du Loiret, a remis un chèque de 150.000 € à des chercheurs orléanais pour le financement de 7 projets de recherche du CBM et un projet de l’ICOA. Ces projets ont pour but de découvrir de nouvelles cibles thérapeutiques, de nouvelles stratégies de traitement et approches d’immunothérapie et de nouvelles sondes d’imagerie médicale. L’utilisation des petits acides nucléiques, de type ADN et ARN ciblant des molécules dans les cellules cancéreuses, montrent un fort potentiel thérapeutique pour développer de nouveaux traitements. D’autres travaux ont pour but d’augmenter le passage des médicaments anticancéreux dans le cerveau en utilisant des ultrasons et des microbulles de gaz. Des sondes, à base d’éléments métalliques, sont conçues et exploitées pour détecter précocement des cancers du sein et de l’appareil génital par imagerie optique proche-infrarouge. La découverte de nouvelles cibles thérapeutiques, qui conduiront à de nouveaux traitements, passe par la compréhension des mécanismes moléculaires impliqués dans les processus biologiques et leur régulation à l’origine de cancers, notamment du côlon. Pour y parvenir, les chercheurs travaillent sur des molécules impliquées dans l’architecture, la dynamique, la division et la migration des cellules cancéreuses ainsi que sur les mécanismes de réparation de l'ADN et la caractérisation de complexe ARN-protéine. Dans le cas de tumeurs osseuses primitives et du cancer du sein, des molécules anti-métastatiques, inhibiteurs de canaux ioniques sont synthétisées chimiquement.

Déclencher la réponse immune face aux tumeurs grâce à de l’ARN messager de synthèse

Des chercheurs du CBM, en coopération avec les immunologistes de l’Université libre de Bruxelles et de l’entreprise EtheRNA (Belgique), ont découvert une formulation capable de transmettre une réponse immune anti-tumorale sur des cellules dendritiques, les cheffes d’orchestre des réponses immunitaires de l’organisme. Lors des essais précliniques de vaccination sur des souris porteuses de tumeurs, une très forte régression et parfois une absence de la croissance tumorale ont été observé.